MAITRE M

Les Enseignements du Maitre MORYA

LA CLEF DE LA THEOSOPHIE

NATURE SEPTENAIRE DE L'HOMME

NATURE SEPTENAIRE DE L'HOMME

 

Question – Voulez-vous parler de ce que nous appelons l'Esprit et l'Ame, et puis l'homme de chair ?

Réponse – Non. Il s'agit de l'ancienne division Platonicienne. Platon, étant un initié, ne pouvait pas divulguer des détails prohibés ; mais quiconque connaît la doctrine Archaïque retrouve le [129] nombre sept dans les diverses combinaisons de l'âme et de l'Esprit enseignées par Platon.

Il voit en l'homme deux natures : l'une éternelle, formée de la même essence que l'Absolu ; l'autre, mortelle et corruptible, qui doit ce qui la constitue aux Dieux inférieurs et "créés".

Il nous prouve que l'homme est composé : 1° d'un corps mortel ; 2° d'un principe immortel ; et 3° "d'une âme séparée, de nature mortelle". C'est encore ce que nous appelons l'homme physique, l'esprit ou l'âme spirituelle, et l'âme animale (Nous et Psyché). Cette division est adoptée par Paul, un autre initié, qui déclare qu'il y a un corps psychique semé dans le corps corruptible (l'âme astrale ou corps astral) et un corps spirituel formé de substance incorruptible.

Jacques aussi (III. 15) soutient la même chose, lorsqu'il dit que la "sagesse" (de notre âme inférieure) ne descend point d'en haut, mais qu'elle est terrestre ("psychique" ou "démoniatique" voyez le texte grec) ; tandis que l'autre est la sagesse céleste. Enfin il est si parfaitement clair que Platon et même Pythagore, bien que ne parlant que de trois "principes" leur attribuent, néanmoins, dans leurs diverses combinaisons, sept fonctions séparées, qu'il suffit de comparer leurs enseignements avec les nôtres pour nous en convaincre. Jetons un rapide coup d'œil sur ces sept aspects séparés en deux tables. [130]

Vous êtes ici : Accueil LA CLEF DE LA THEOSOPHIE NATURE SEPTENAIRE DE L'HOMME